Travail d’équipe

 Publié par le 21 août 2017 à 15 h 40 min  Un commentaire »
Août 212017
 

Samedi 5 Août, Jean-Christophe a fait les étagères dans la chambre de Nathanaël. Bien entendu, les murs n’étant toujours pas droit, il a dû recouper les planches, mais il s’en est très bien sorti.

Nathanaël est ravi d’avoir enfin ses vêtements dans sa chambre. Depuis, il prépare ses vêtements du lendemain seul. 😉

Pour éviter que la poussière ne s’invite trop souvent, nous sommes partis acheter du tissu « CARS », et je me suis attelée à la fabrication du rideau.

Et voilà le travail !

 

Le Mont de la Chambre

 Publié par le 16 août 2017 à 18 h 40 min  Un commentaire »
Août 162017
 

Le samedi 15 juillet, jour du milieu de nos vacances, j’avais entrepris une petite balade seul, afin de suer sur des sentiers un peu plus raides que les jours précédents. Muni d’une carte IGN, je m’étais lancé jusqu’à un point qui me semblait suffisant pour une sortie d’un après-midi. Mais arrivé à cet endroit, j’éprouvais le besoin de poursuivre jusqu’en haut du télésiège au pied duquel je me trouvais. Chemin faisant, chemin grimpant, pour être exact, je décidais de changer une fois encore mes plans pour gravir le Mont de la Chambre. Mais parti à 13h30, il me fallait tout de même me presser pour ne pas rentrer trop tard, et surtout ne pas inquiéter mes proches.

C’est ainsi qu’en 4 heures, j’avais grimpé et redescendu 1100 m de dénivelé.

Le mardi suivant, c’est Julie qui voulait se balader seule. Besoin de bouger, de souffler un peu sans doute, sans les enfants. De mon côté, je réfléchissais à une sortie tranquille pour occuper la marmaille durant cette journée “solo”.

Je décidai donc de recommencer le début de ma sortie du samedi, jusqu’en bas du télésiège. (vous le voyez venir ?). Je préparai les gourdes, les barres de céréales, le pique nique, et nous partîmes. Comme prévu, le chemin se mit à grimper raide, très raide, et je dus user de mille et un subterfuges pour faire avancer les Cocos sans rechigner.

MARTIN_2017_07_18_0615

Arrivés au “premier point”, je sortis l’eau et les barres énergisantes, puis je proposai de poursuivre un peu, assurant que la pente serait moins raide dorénavant (ce qui était vrai…). Je leur proposai le haut du télésiège (ça y est, vous le voyez bien, maintenant ? 😉 )… L’heure tournait, et les petits semblaient de plus en plus sur la réserve (père indigne, oui… ). En haut du télésiège, il était midi.

MARTIN_2017_07_18_0578

MARTIN_2017_07_18_0579

Je leur donnai encore de l’eau et une barre… et proposai de poursuivre encore un peu. Oh, pas grand chose, juste gravir… le Mont de la Chambre !

Je leur promis que le point de vue serait merveilleux, que l’on serait sur la plus haute montagne du secteur, qu’il y aurait pléthore de remontées mécaniques. C’est ainsi que nous reprîmes l’ascension, sur le chemin pierreux, raide, la sueur ruisselant sur nos visages respectifs, les garçons me tenant chacun une main, et moi, avançant d’un pas régulier pour ne pas les faire exploser avant le sommet…

Au pied de la dernière difficulté, je sortis les cordes pour assurer les bambins. En effet, les 100 derniers mètres de dénivelé s’effectuent en grimpant une coulée de petit cailloux glissants, relativement dangereux si l’on n’y fait pas attention.

A 13h00, enfin, nous atteignîmes le sommet. Des photos du panorama, des remontées mécaniques,… puis nous nous posâmes contre un cabanon et nous mangeâmes.

MARTIN_2017_07_18_0580

MARTIN_2017_07_18_0602

MARTIN_2017_07_18_0591

Après ce buffet revigorant, nous avons refait un rapide tour du sommet et nous avons repris le chemin, dans l’autre sens.

MARTIN_2017_07_18_0583

En hiver, cet endroit désert est blanc et grouille de monde !

MARTIN_2017_07_18_0585

MARTIN_2017_07_18_0587

Point de vue vers la vallée de Méribel

MARTIN_2017_07_18_0589

Je leur avais promis qu’on dominerait les autres montagnes : promesse tenue !

MARTIN_2017_07_18_0593

Une descente très difficile, surtout à partir de la seconde moitié, car les bonhommes étaient complètement cuits, vidés par l’effort qu’ils fournissaient depuis le début de la journée. De plus, l‘eau commença à nous manquer, et c’est la gorge bien sèche que nous arrivâmes à l’appartement. Crevés, certes, mais pour ma part, fier comme jamais de mes fistons !…

Quelques photos de “là-haut” :

MARTIN_2017_07_18_0584

MARTIN_2017_07_18_0592

MARTIN_2017_07_18_0594

Le paysage est vraiment “lunaire”. Aucune végétation à part 4 touffes d’herbes…

MARTIN_2017_07_18_0606

Les alpinistes du jour…

MARTIN_2017_07_18_0610

Et on redescend…

Col du Petit Saint Bernard

 Publié par le 7 août 2017 à 16 h 21 min  Un commentaire »
Août 072017
 

J’ai profité de notre séjour à la montagne pour y amener mon vélo. Les bonnes côtes sont en effet assez rares en Ile de France, et je me suis dit qu’un ou 2 petits cols à ajouter à mon maigre palmarès ne seraient pas superflus. Afin de ne pas galérer tout seul, j’ai trouvé un compagnon de route qui a fait le déplacement pour l’occasion en ce jeudi 13 juillet : mon papa !

Le Col du Petit Saint Bernard est relativement facile. Il est long, certes, mais très régulier, sans jamais atteindre les pourcentages mirobolants de cet insolent Galibier.

Papa, qui craignait un peu de se retrouver seul au bout de cent mètres, a pris la tête de notre majestueux peloton. Je suis resté derrière toute la montée, et j’ai été stupéfait de la régularité de son allure. Seul, je pense que je serais parti plus vite, avec le risque de tomber en fringale avant la fin du col. Là, l’effort a été constant durant les 3 heures de grimpette : tant mieux !

col-du-petit-saint-bernardCliquer sur l’image pour agrandir le profil

Route 13-07-2017, VitesseNotre vitesse en fonction de l’altitude. En vert, la cadence de pédalage. Cliquer pour agrandir

 

Vers midi, après plus de 3 heures de montée, nous sommes au col (sur le graphe ci-dessus, les pauses ne sont pas comptées) ! De l’eau, des photos, bref, on en profite…

100_2016

Vue sur le Mont-Blanc

100_2018

Le vélo en avant-plan est tout neuf. C’est celui de papa.

100_2020

Nous 3…

100_2021

De retour dans la vallée, chacun a repris sa route (en voiture). Papa vers Villefranche, moi vers les Menuires. Une journée bien sympathique, merci encore 🙂 .

Tamié + Epierre

 Publié par le 4 août 2017 à 22 h 12 min  Pas de réponse »
Août 042017
 

On se lève tôt, Nathanaël prend son médicament “anti-vomi”, et nous partons à Tamié pour assister à la messe avec les moines. Les derniers virages avant le Col de Tamié ont été plus fort que “l’anti-vomi”, heureusement, la bassine était là !

En arrivant, nous nous apercevons qu’il y a beaucoup de monde venu assister à l’Eucharistie. Nous sommes tout au fond de l’église, mais nous voyons tout de même le moine qui sonne la cloche en tirant la corde. Un autre frère vient chercher les enfants et ils partent tout devant sur les tapis assister à la messe. Il y a 13 ans, c’était nous, les jeunes de l’aumônerie de Villefranche qui étions sur ces tapis.

Après ce temps de prière, nous passons au magasin faire quelques achats, dont ceci :

MARTIN_2017_07_17_0574

et nous allons vite le mettre au frais dans la glacière.

Nous pique-niquons, chaussons les chaussures de marche et partons au Fort de Tamié. Nous prenons « la » route, traversons « le » champ, trouvons « le » chemin qui monte à La belle étoile, un bouquetin mort, mais pas le chemin qui mène au Fort. Nous revenons alors sur nos pas, et décidons d’y aller par la route.  Heureusement, on a retrouvé un sentier fléché, et nous sommes arrivés devant l’entrée principale du Fort. Nous l’avons contourné et enfin, nous avons retrouvé l’endroit que nous cherchions : un beau panorama surplombant Albertville et une belle vue sur le mont Blanc.

Pour le retour, nous avons retrouvé le chemin que nous avons tant cherché à l’aller. Et pendant ce trajet, on s’est dit qu’il y a plus de 10 ans, on faisait parti d’un groupe de jeune, qu’on discutait, et qu’on suivait le mouvement sans faire attention au chemin que nous prenions.

Nous avons retrouvé la voiture et sommes partis à Epierre rendre visite à Marine et Matthieu. Nathanaël était ravi de revoir son parrain. Les enfants et moi avons découvert leur maison. Jean-Christophe a fait couler son sang pour couper un morceau de tronc d’arbre qui résistait à son frère. Et nous avons passé une bonne soirée tous ensemble. Après un immense câlin de Nathanaël à son parrain, nous avons repris la route des Menuires.

C’est du beau !

 Publié par le 29 juin 2017 à 15 h 34 min  Pas de réponse »
Juin 292017
 

A l’heure où je fais cette article, mon cher et tendre mari est parti retrouver son « ex »… de maternelle. A l’époque, avec leur langue, ils touchaient le bout de la langue de l’autre ! BRAVO !

En vrai, via internet, grâce à Copains d’avant, ils ont repris contact alors que nous habitions encore Brunoy. Nous l’avons mis au courant de la naissance de nos enfants et inversement. Et puis nous nous sommes aperçus qu’elle habitait à environ 1h de route de chez Dominique (sœur de JC), relativement sur notre route.

Jean-Christophe étant allé installer un ordinateur chez sa sœur hier et aujourd’hui, il a profité du trajet retour, sans contrainte d’horaires puisqu’il est en vacances, pour aller la revoir.

Ce soir, il devrait donc… rentrer à la maison…

Fête des pères

 Publié par le 27 juin 2017 à 14 h 06 min  Pas de réponse »
Juin 272017
 

Comme l’an dernier, nous avons passé le week-end de la fête des pères à Arnas.

Nous sommes partis le vendredi dès la sortie de l’école. Jean-Christophe s’étant levé tôt pour aller travailler, j’ai conduis sur une petite portion du trajet (A5, A19, A6) pour qu’il se repose. Nous sommes bien arrivés. Clignement d'œil

Nous avons pu profité de toute la journée du samedi et sommes partis en milieu d’après-midi le dimanche. Voici quelques photos :

MARTIN_2017_06_18_0460

MARTIN_2017_06_18_0463

MARTIN_2017_06_18_0467

MARTIN_2017_06_18_0472

MARTIN_2017_06_18_0477

MARTIN_2017_06_18_0479

Merci pour ce week-end, les madeleines étaient délicieuses !

Bracelet

 Publié par le 7 mai 2017 à 18 h 14 min  Un commentaire »
Mai 072017
 

On en parlait depuis longtemps, et puis la semaine dernière, Jean-Christophe a eu son accident. Heureusement, il n’a pas été trop blessé, même si il a encore bien mal au coccyx… mais on se dit, que ça aurait pu être bien plus grave.

Nous avons donc commandé un bracelet qui indique son identité, sa date de naissance, son groupe sanguin, mon numéro de téléphone et d’autres informations utiles. On espère bien-sûr qu’il n’aura pas d’autres accidents, mais comme on a pu constater que ceux-ci n’arrivaient pas qu’aux autres, quand JC pourra refaire du vélo, il aura au moins ce bracelet qui permettra d’aider les secours si il n’est pas en mesure de répondre aux questions.