Col du Petit Saint Bernard

 Publié par le 7 août 2017 à 16 h 21 min  Un commentaire »
Août 072017
 

J’ai profité de notre séjour à la montagne pour y amener mon vélo. Les bonnes côtes sont en effet assez rares en Ile de France, et je me suis dit qu’un ou 2 petits cols à ajouter à mon maigre palmarès ne seraient pas superflus. Afin de ne pas galérer tout seul, j’ai trouvé un compagnon de route qui a fait le déplacement pour l’occasion en ce jeudi 13 juillet : mon papa !

Le Col du Petit Saint Bernard est relativement facile. Il est long, certes, mais très régulier, sans jamais atteindre les pourcentages mirobolants de cet insolent Galibier.

Papa, qui craignait un peu de se retrouver seul au bout de cent mètres, a pris la tête de notre majestueux peloton. Je suis resté derrière toute la montée, et j’ai été stupéfait de la régularité de son allure. Seul, je pense que je serais parti plus vite, avec le risque de tomber en fringale avant la fin du col. Là, l’effort a été constant durant les 3 heures de grimpette : tant mieux !

col-du-petit-saint-bernardCliquer sur l’image pour agrandir le profil

Route 13-07-2017, VitesseNotre vitesse en fonction de l’altitude. En vert, la cadence de pédalage. Cliquer pour agrandir

 

Vers midi, après plus de 3 heures de montée, nous sommes au col (sur le graphe ci-dessus, les pauses ne sont pas comptées) ! De l’eau, des photos, bref, on en profite…

100_2016

Vue sur le Mont-Blanc

100_2018

Le vélo en avant-plan est tout neuf. C’est celui de papa.

100_2020

Nous 3…

100_2021

De retour dans la vallée, chacun a repris sa route (en voiture). Papa vers Villefranche, moi vers les Menuires. Une journée bien sympathique, merci encore 🙂 .

Initiation cascadeur…

 Publié par le 1 mai 2017 à 18 h 41 min  3 commentaires »
Mai 012017
 

Samedi, Julie et les enfants sont partis en début de matinée, direction Besançon, pour une cousinade. Moi, travaillant tôt le lendemain (congé accordé le samedi mais pas le dimanche 🙁 ), je suis resté à la maison pour profiter de faire un peu de bricolage le matin et un tour de vélo l’après-midi.

Une bonne idée, à première vue, compte tenu de la météo et de ma forme du moment.

C’est sur le chemin du retour que mon périple s’est brutalement arrêté. Engagé dans un rond point pour prendre la 3ème sortie, j’ai aperçu une voiture, venant de la 2ème sortie, ralentir, et au moment où j’arrivais devant elle, remettre un coup d’accélérateur. Ayant quelques notions en physique, surtout au chapitre « mouvements, forces et trajectoires » 😉 , j’ai rapidement compris que le choc était inévitable.

J’ai vu l’aile percuter le vélo, puis j’ai décollé. J’ai pensé à mon boulot (oui, mon boulot dépend de ma santé), j’ai pensé à mes os qui allaient se briser en retombant sur la route, et… j’ai repris mes esprit, allongé sur le ventre au milieu de la route. Une douleur violente (9/10 ! ) au coccyx m’empêchait tout mouvement, mais assez rapidement, j’ai constaté qu’aucun autre membre n’était touché.

Après quelques instants, j’ai pu retirer mon casque et même me relever pour dégager la route. Les pompiers et la police sont arrivés au bout de 10 minutes. J’ai fini cette belle sortie par 4 heures à l’hôpital. Rien d’alarmant, aucune fracture, mais j’ai toujours mal aujourd’hui en position assise. Curieusement, je n’ai aucune égratignure, à part un léger frottement sur la fesse droite. Julie n’étant pas là, c’est en taxi que j’ai dû rentrer le soir !

Jour férié oblige, il faut attendre demain mardi pour contacter les assurances. Le « coupable » reconnait ses torts à 100%, nous sommes en contact.

Concernant le vélo, enfin, la roue arrière est enfoncée/cassée au niveau de la jante et un frottement est visible au niveau de la base droite. Il faut que je fasse contrôler le carbone à cet endroit…

Plus de peur que de mal, en somme. On pense souvent que les accidents n’arrivent qu’aux autres. N’oublions pas que les autres, des fois, c’est nous…

« Juillet beau, juillet cyclo… »

 Publié par le 31 juillet 2016 à 14 h 20 min  Un commentaire »
Juil 312016
 

A la fin du mois de Juin, j’avais fait un petit bilan sur mes quelques sorties cyclistes. À son tour, Juillet touche à sa fin, et malgré le manque de temps, j’ai pu profiter du soleil pour pédaler un peu. Et mine de rien, on arrive à 477 km !

J’essaierai de réitérer au mois d’Août, si toutefois les orages m’épargnent…

[table id=2 /]

Fin des vacances…

 Publié par le 28 juin 2016 à 14 h 29 min  Un commentaire »
Juin 282016
 

Ca y est, 3 semaines après le début de mes « vacances d’été », il est temps de retrouver le « chemin des traverses » (blague pourrie, comprenne qui pourra…).

Bien que le soleil n’ait pas été au rendez-vous, j’ai quand même pu rouler un peu. Entre la pluie, les inondations, et les week-ends en famille, je ne m’en sors pas si mal. J’avais prévu 1000 km, je n’en ai parcouru que la moitié. L’important, à présent, est de garder la forme et de continuer de sortir un maximum…

Un petit bilan :

[table id=1 /]

2 jours à Doubs

 Publié par le 31 octobre 2015 à 20 h 37 min  Un commentaire »
Oct 312015
 

Après notre virée en Savoie, nous avons repris la route pour la Franche-Comté.

Là-bas, les enfants ont profité de la douceur de l’air pour jouer dehors, voir les vaches. Nous avons emmené maman se promener en forêt. Jean-Christophe (qui avait emmené son vélo) est parti pédaler en Suisse. Et nous avons revu Rithou et Nelly. Bref, ces deux jours ont été bien remplis.

MARTIN_2015_10_27_1168

MARTIN_2015_10_27_1170

Grand-Mamy était en bien meilleure forme qu’en Juin, et ça, ça change tout. Rire

MARTIN_2015_10_28_1173

MARTIN_2015_10_28_1174

Mai 042015
 

Le 10 Avril, nos deux garçons étaient en sortie scolaire à la ferme. Ils ont nourri la basse-cour, les chèvres, le bouc, les chevreaux, les moutons et les porcelets. Ils ont fait un tour en calèche et sont montés dans le tracteur du fermier. Ils ont également fait un atelier PAIN. Celui ci a commencé par une visite dans un champ de blé pour regarder si le blé était mûr. Ils sont ensuite allés moudre des grains de blé dans la meule pour faire de la farine. Bien installés dans la salle, ils ont mélangés, la farine, l’eau et la levure et ont pris beaucoup de plaisir à pétrir la pâte et à former le pain. La fermière les a ensuite fait cuire et le soir, nous avons dégusté en famille le pain de nos apprentis boulangers. 😉

11130125_10206563618511948_3142013025535663854_o

Le 12 Avril, nous sommes allés à Fontainebleau rendre visite à Père José (l’ancien prêtre de Combs). Il nous attendait et nous a gardé pour le repas et l’après-midi. Il a emmené les garçons faire de nombreux tours de manège et ils étaient ravis Nous avons vécu une belle journée ensemble.

Le 17, la veille des vacances, c’était jardinage à l’école. Il restait une carotte de l’année dernière dans le carré potager, Samuel l’a ramenée et mangée. 😉

11092141_10206615377525891_7166817312929810630_n

Le 18 Avril, début des vacances. Avec les fistons, nous avons pris le TGV à 8h pour aller en Franche-Comté. Les garçons ont retrouvés avec bonheur Papy Yves et Mamie Christine et ont passés une bonne semaine ensoleillée avec eux. Ils sont allés voir Grand-Mamy à l’hôpital, ont joué, jardiné… bref, ils étaient heureux !

DSCN1256

DSCN1260

DSCN1265

DSCN1270

DSCN1273

DSCN1275

Le 18 Avril, c’était aussi, le début d’un super week-end en amoureux. En effet, j’ai repris le train l’après-midi et ai retrouvé mon mari. Nous nous sommes promenés dans Paris, avons diné, sommes allés à la Foire du Trône. Le lendemain matin, nous avons profité de la vie parisienne sans trop de touristes avant de se mêler à eux en faisant un tour en bateau sur la Seine. Après un petit repas dans le quartier latin nous nous sommes promenés dans le cimetière du Père Lachaise. Nous avons ensuite roucoulé à la terrasse d’un café. 😀 A 20h, nous avions rendez-vous avec Marc-Antoine Le Bret (un imitateur) pour plus d’une heure de rire. Puis nous avons fini par un repas à la même terrasse que l’après-midi. Dans la nuit, nous avons tout de même regagné notre logis. Le lendemain, nous avons de nouveau profité d’être sans enfants pour se faire un cinéma. Les jours suivants, nous avons travaillés.

Le 23 au matin, je suis allée retrouver mes garçons et faire une visite éclair à ma grand-mère.

Le 24, c’était le départ. Dans le train, Nathanaël m’a dit : »Faut pas qu’ils soient tristes Papy et Mamie, parce que demain on va revenir, hein maman, faut pas qu’il soit triste Papy ! ». Nous avons fait une halte à Dijon pour manger avec ma marraine et son mari puis nous avons repris le train pour aller chez Papy Pascal et Mamie Joëlle cette fois-ci.

MARTIN_2015_04_26_0193

MARTIN_2015_04_26_0203

Le week-end a été pluvieux, mais nous en avons profité quand même. Avec ma belle-mère, nous avons même découvert une mercerie rue V. Hugo (car Mondial Tissus a fermé) et j’ai trouvé plein de petites choses pour réparer les pantalons de mes fistons.

WIN_20150427_220904

Les derniers jours d’Avril ont été important, puisque Samuel a réussi à faire du vélo sans roulettes. 🙂

L’Etape du Tour

 Publié par le 26 février 2015 à 13 h 03 min  Pas de réponse »
Fév 262015
 

L’année 2015 est déjà bien entamée, et il est temps de faire un point “vélo” !

Après avoir vu le projet “Combs-la-Ville – Tamié” s’effriter, se transformer en “Villefranche-Tamié” pour enfin finir en “St Jean de Maurienne-Tamié”, je me suis dit qu’il fallait un défi qui tienne vraiment la route.

Lors de la présentation du parcours de Tour de France 2015, j’ai tout de suite noté l’étape 19 sur mes tablettes. Un départ de St Jean de Maurienne (je rappelle que j’y ai un pied à terre), l’ascension, entre autres, des cols du Glandon et de la Croix de Fer, et enfin, une longueur “raisonnable” de 140 km.

Je ne suis pas le seul à avoir retenu ce parcours, puisqu’une course cyclosportive s’y déroulera le dimanche 19 juillet. N’ayant pas le niveau pour me frotter au chrono, c’est seul et plus tôt (ou plus tard…) que je m’y rendrai. Sûrement en juin…

Le “vrai” parcours s’arrête à La Toussuire. Je devrai donc rajouter les 16 km de descente pour rejoindre mon point de départ.

Voici le détail des réjouissances :

Ce qui saute aux yeux :

  • d’abord, le Col du Chaussy, avec ses 1000m de dénivelé “à froid”.
  • ensuite, 25 km “de plat”. C’est là qu’il faut vraiment économiser et préparer “la suite”.
  • à partir du PK 60, le col du Glandon et de la Croix de Fer
  • immédiatement suivis du Col du Mollard
  • enfin, la montée finale vers la Toussuire.

Quelques caractéristiques :

  • Longueur de l’itinéraire : 156 km
  • Dénivelé positif cumulé : 8180 m
  • Dénivelé négatif cumulé : 8180 m
  • Altitude maxi : 2067 m
  • Altitude mini : 363 m
  • Altitude moyenne : 1092 m

On peut noter que le dénivelé est le double de celui de l’an dernier (St-Jean-Tamié). Je présenterai plus tard le profil détaillé des différents cols.

J’ai pris beaucoup de retard dans mon entraînement, mais je suis confiant et motivé pour “passer à la vitesse supérieure” et réussir cette belle balade. J’espère vraiment que la météo en Ile de France va s’arranger pour pouvoir travailler plus efficacement…