Archives de
Catégorie : Non classé

Ça y est : Besançon ! (Jour 1)

Ça y est : Besançon ! (Jour 1)

Après avoir terminé mon détachement à Dijon puis profité de quelques jours de congés, j’ai pris ce matin la direction de ma nouvelle région de travail : La Franche-Comté ! C’est le cœur un peu gros et le coffre un peu chargé que je suis parti.

Le cœur gros parce que je continue à laisser femme et enfants seuls à Combs la Ville durant mes périodes de travail. Le cœur gros parce que si je sais ce que je quitte, je ne sais absolument pas ce que je vais trouver… Et enfin, le cœur gros, parce que les soucis émanant de cette période de transition se font de plus en plus sentir.

Le coffre un peu chargé, lui, et bien c’est parce qu’il va bien falloir survivre pendant 8 mois ! A manger, une couette, des draps, des vêtements, des chaînes (oui, il neige pas loin !), et… un vieil ordi que j’ai ressuscité ce week-end.

La route, que je connais bien, n’avait pas vraiment le même goût que d’habitude. Déjà, il ne faisait pas beau, et puis… cette fois, je ne partais pas en week-end à Pontarlier.

Quatre heures plus tard, je suis arrivé. L’occasion de découvrir le centre commercial Chateaufarine, d’acheter quelques produits frais pour la semaine, et hop, direction le studio meublé – que je n’avais vu qu’en photos – pour signer le bail et faire l’état des lieux.

Conforme en tout point à la description, en bon état de propreté, je suis resté une heure avec la dame de l’agence, et c’est avec 5 allers-retours que j’ai vidé le coffre et que je me suis installé dans “mon nouveau chez moi”.

Le studio dans un sens ( Devant le canapé c’est un meuble TV, pas une télé…)
Dans l’autre sens…
Le coin cuisine

Et voilà, il est temps de penser à se reposer. Demain, découverte de la gare, de l’environnement, des supérieurs, des collègues, … Le grand bain, quoi !

Une petite précision pour terminer. Partir à Besançon, ce n’était pas, jusqu’au mois de juillet, un souhait de notre part. Sinon, on serait partis plus tôt, évidement ! Non, cette démarche fait suite à des restructurations rapides et imprévues à mon dépôt à Paris. En regardant l’avenir plus que sombre pour moi en Ile de France, en regardant sur une carte où il serait le plus judicieux de postuler, et procédant par élimination, il n’est resté que Besançon. L’idée n’était pas de se rapprocher de quiconque… D’ailleurs Julie a presque été mise devant le fait accompli. Elle n’a pas eu voix au chapitre. (enfin, on en a discuté, bien sûr, mais cette dernière phrase faisait bien pour finir ma prose 😉 )

Voilà, c’est fini

Voilà, c’est fini

On va pas s’dire au revoir comme sur le quai d’une gare” 😉

Un peu quand même.

Jean-Christophe a fait ce soir sa dernière arrivée et son dernier départ de la gare de Paris Bercy en tant que conducteur sur la PLM.

La suite de sa vie cheminote va se poursuivre dans l’Est à partir de la semaine prochaine. Son dépôt de rattachement sera BESANÇON VIOTTE.

En attendant la semaine prochaine, demain, il quitte Dijon avec toutes ses affaires et nous rejoint pour quelques jours avant d’aller emménager à Besançon pour les huit prochains mois.

« Cathédrale dans les champs »

« Cathédrale dans les champs »

C’est le surnom de la basilique Notre Dame de Montligeon. Elle est récente puisqu’elle a été construite entre 1896 et 1911. Nous y sommes allés pour le côté insolite et avons été surpris par sa beauté.

L’église de la Chapelle Montligeon
Premier camp

Premier camp

Nous avons déposé nos petits loups hier matin au château de Moulinsart. Le terrain du lieu de camp est immense. Ils vont passer 5 jours avec la meute. Nous espèrons qu’ils vont apprécier cette première expérience si longue avec la meute.

Judo en visio

Judo en visio

Ce jour, c’était le cinquième cours proposé en visio, mais le premier pour Nathanaël, on avait oublié l’horaire les autres mercredis.

Voici quelques images.

L’adversaire fait avec un coussin, un sweat à capuche, une serviette éponge, et le haut du kimono.
Les immobilisations au sol après avoir fait des pas chassés autour de l’adversaire.
Et une attaque avec l’adversaire balai.
Sorties en vélo

Sorties en vélo

Je crois que c’est une des choses qui nous a le plus manqué lors des beaux jours du confinement. Nous avons donc repris les promenades familiales à trois ou quatre en fonction des journées de travail.

La première fut pour la butte aux lapins. Nous en avons vu quelques uns. La seconde pour un retour en forêt de Sénart. La troisième pour la butte aux lapins (encore, mais nous n’en avons pas vu) et la zone humide. De belles rencontres lors de cette promenade.

La famille cygne

Et la dernière date de cette après-midi. Découverte d’une autre zone humide avant de faire un tour en forêt.

Vous voyez la cane et ses canetons?
Encore une maman et son petit

Et bien on a apprécié ces moments familiaux, en vélo tout près de chez nous.

Instants fleuris

Instants fleuris

Voici un article printanier. Alors que nous aurions dû accueillir une partie de la famille en ce week-end de l’Ascension, et que ce n’est pas possible, je vais partager avec vous de jolies photographies.

Tout d’abord, nos rhododendrons. Ils sont fleuris, ils sont superbes.

Et puis ensuite, Jean-Christophe avait eu une plante pour ses 30 ans. En Janvier, quand la puéricultrice m’a rendu visite, elle m’a signalé que celle-ci était toxique et que du coup, il fallait qu’elle soit en hauteur. Pas de problème, nous l’avons mis au dessus du living. Et bien ça lui a plu à la demoiselle. Alors qu’elle n’avait jamais refleuri, la hauteur lui a fait du bien :

Potager 2020

Potager 2020

Pas de compost pour le moment. La déchèterie a bien réouvert, mais le personnel n’est pas au complet et du coup, le compost n’est pas encore accessible. Du coup, on a fait sans. Heureusement, à l’Automne dernier, on avait fait les lasagnes sur la moitié du potager.

Au premier plan, de gauche à droite, on peut voir, des patates, des cacahuètes, un potiron et un pied de courgettes. Derrière ces derniers, des radis et au fond, avant les feuilles mortes, des tomates.

Dans le potager du fond, il y a un pied de tomates et un pied de courgettes.

Des potirons et un truc mystère (peut-être un tournesol)
Et nos salades qui poussent bien en jardinière