Besançon (jour 83)

Besançon (jour 83)

Promenade le long du Doubs, puis montée à la citadelle en ce dimanche ensoleillé

L’après-midi, moment important : nous avons appris aux enfants à jouer au Kilo de merde et au Trou du cul. Ça manquait à leur éducation ! 😉

Après le goûter, nous avons accompagné Jean-Christophe jusqu’à la gare puisqu’il devait emmener des passagers à Belfort.

Je déborde un peu en parlant du jour 84 ici. Nous sommes tous retournés à Combs ce jour là, mais comme JC travaillait, avec les enfants, nous sommes rentrés en train et Jean-Christophe en voiture après le travail… Couvre-feu oblige !

Besançon (jour 82)

Besançon (jour 82)

Nous sommes retournés à Valdahon pour aller faire le trajet jusqu’aux écoles des garçons.

École primaire
Collège

Nous avons pique-niqué dans une forêt voisine avant d’aller à la recherche d’un sapin président qui ne doit plus exister.

Retour à Besançon, mais avant, on passe à la fromagerie pour acheter du comté.

On s’arrête caresser ce gentil cheval qui est venu jusqu’à nous quand nous sommes passés en voiture.
Besançon (jour 81)

Besançon (jour 81)

Cette fois-ci, je fais l’article sur Besançon. Tout ça pour dire que nous avons rejoint Jean-Christophe dans son studio pour quelques jours en famille.

Après avoir été récupérés en gare de Saint-Vit par mon cher mari, nous avons fait une balade ensoleillée sur les bords du Doubs avant une soirée pizza.

Et puis l’installation du camping avant la nuit.

Besançon (Jour 75)

Besançon (Jour 75)

La vie continue tranquillement dans la cité comtoise. Les journées de service au travail sont plutôt chargées, mais avec la Covid, j’ai aussi de temps à autre des jours de chômage partiel. Il est impossible de rentrer sur Combs ces jours là, et j’en profite parfois pour me balader un peu.

Aujourd’hui, j’ai suivi les berges du Doubs puis je suis monté derrière la colline Saint Etienne, vers La -Chapelle-des-Buis. La température négative et l’approche du couvre feu m’ont fait faire demi-tour avant d’arriver en haut, mais c’était tout de même très agréable.

Un beau soleil… mais de l’autre côté de la rivière.
Un spot pour s’initier au surf 😉
Des “sacs” de glace accrochés aux branchettes
La citadelle vue de derrière
Erratum

Erratum

Alors que nous devions signer le compromis pour la vente de notre maison ce soir, les acheteurs se sont désistés.

Ils ont juste bloqué au prix pour ne pas que la maison leur passe sous le nez et ont continué les recherches cette semaine. Très honnête, on adore !

Je crois qu’on est béni !

Je crois qu’on est béni !

J’ai souvent entendu dire de la part de ma marraine de confirmation qu’il n’y a pas de hasard. Vous comprenez le message ?

Retour en arrière : l’été 2020 avait été marqué par de gros chamboulements dans nos projets de vie. Une fusion au boulot de JC qui, à la dernière minute, ne se fait pas ; une perte de charge de travail, un avenir professionnel sombre en région parisienne, une demande de mutation en conséquence à Besançon et un départ en déplacement à Dijon.

Je me souviens d’une journée de vacances où j’avais passé la journée à pleurer et où on avait mis une bougie dans une basilique pour que l’année à venir se passe bien. Et on peut dire que pour le moment, les choses s’enchaînent plutôt bien ! Jean-Christophe a déjà été muté à Besançon, nous avons trouvé notre futur maison (merci St Joseph) sur laquelle nous avons fait une offre qui a été acceptée.

Il y a un mois, les parents de la petite que je garde m’ont annoncé une semaine de vacances du 25 au 29 Janvier. Je pensais pouvoir prendre du temps pour moi, j’ai pris les rendez-vous ophtalmologiques pour Samuel et moi et me suis préparée à occuper de mon temps libre. Finalement, je n’ai pas vraiment profité de mon congé mais j’ai pu faire pleins de choses concernant notre avenir :

Lundi, les Eaux de Sénart sont passées pour vérifier la conformité de l’évacuation de nos eaux usées et pluviales, en préambule de la vente. Tout est ok ! Ensuite, nous avons signé le compromis pour l’achat de notre maison. Nous avons aussi contacté la banque pour obtenir un rendez-vous pour monter notre dossier de prêt. Dans les pièces à fournir, il nous fallait un mandat de vente (pour le relais), ainsi qu’une attestation d’estimation d’une seconde agence.

J’ai donc passé ma journée du mardi à faire du ménage et du rangement dans la maison tout en ayant Samuel avec moi puisque sa maîtresse était en grève.

Mercredi, l’agent immobilier de la seconde agence est passé. Il était ravi de notre maison. Il nous a fait l’estimation au même prix que le premier agent mais nous a précisé qu’il la vendrait bien un peu plus cher. Il a ajouté qu’il avait déjà en tête des acheteurs potentiels. Dans la foulée, nous avons donc signé un mandat de vente avec lui.

Le lendemain, jeudi, il m’a appelé pour m’annoncer qu’une visite était programmée pour le vendredi après-midi au moment où nous serions en rendez-vous à la banque.

Vendredi après-midi, nous avons rencontré le banquier comme prévu. Pour lui, pas de problème, les voyants sont au vert, et le dossier a pu partir au siège pour validation.

À 18h20, l’agent immobilier nous a rappelé pour nous débriefer la visite. Elle s’est très bien passée et les clients ont même fait une offre… au prix ! De plus, ils sont ok pour attendre mi-Juillet pour la signature de la vente.

Cette semaine de repos se termine sans avoir réellement pris de temps pour moi, mais les choses se sont tellement bien enchaînées que je dis MERCI car si j’avais travaillé, toutes ces démarches auraient été beaucoup plus compliquées.