7ème art : Conte d’Altitude…

7ème art : Conte d’Altitude…

Voici notre nouveau court métrage intitulé Conte d’Altitude. Cette fois pas de Samuel, mais un bon plaisir solitaire… à 3 !

Sans plus tarder, régalez-vous (environ 12 minutes, en HD 🙂  ) :

Petite mise à jour : entre la minute 01:00 et 03:00, le son va decrescendo. C’est pas normal (enfin si, c’est parce que j’ai foiré, disons-le clairement 🙁 ), mais c’est comme ça. Vu le temps nécessaire pour balancer une vidéo de cette taille dur Dailymotion, il faudra attendre quelques jours avant que je ne corrige cette “coquille”… Merci de ne pas me jeter de tomates… 😉

 

6 commentaires sur « 7ème art : Conte d’Altitude… »

  1. N’écorchez pas les noms de ma Vallée, s’il vous plaît. On dit « Arbéron », il y a un accent aigu sur le « e ».

    D’autre part, ce n’était pas un sentiment de défaite, mais un avantage pour le « match retour » : nous pouvons gagner une demie-heure car nous perdrons moins de temps à chercher l’itinéraire, et nous serons totalement conscients des cinq heures trente nécessaires entre le refuge d’Avérole et le sommet final.

  2. Je n’ai jamais été très tendre dans mes critiques cinématographiques, mais je dois bien avouer que ce court métrage n’est pas mal du tout, hormis quelques petites erreurs, notamment :

    « A la lueur de leur lampe, ils avancent vers le refuge » : cette réplique est plus ou moins vraie… 🙂

    La musique est judicieusement choisie, la narratrice parle clairement et distinctement, le paysage est magnifique (normal, c’est la Haute-Maurienne !).

    Un film plaisant, à voir absolument.

  3. Contrairement à Delgado, je ne perçois pas ce « sentiment de défaite ».
    On nous explique qu’ils n’ont pas pu aller au bout, c’est un fait, mais ça termine par « leur cœur est serré de ne pas avoir pu continuer ». C’est un pincement, mais ils n’ont pas l’air abattu pour autant. Et la dernière phrase qui conclue parfaitement : « rendez-vous est déjà pris pour la revanche, une prochaine fois… » : ils semblent avoir déjà compris comment vaincre ce sommet, pour leur prochaine fois…

  4. Par respect, nous, les vrais montagnards, préférons « visiter » un sommet plutôt que « vaincre » un sommet.

    Règle numéro un : en montagne, il faut rester humble.

  5. « Il gravit sur une haute montagne pour prier ! » (le Grand Philosophe) !

    A l’attention de Le Randonneur : nous sommes en famille avec « le blog de Haute Maurienne » – donc le côté humble est « familialement » de rigueur – Bessanaisement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de faire ce petit calcul, pour voir si vous n’êtes pas un petit robot ... La limite sécuritaire de temps est dépassée. Merci de re-charger le CAPTCHA (en cliquant sur la double flèche arrondie".