Archives de
Étiquette : La Rhune

La Rhune à pied (épisode 2)

La Rhune à pied (épisode 2)

Avant de lire cet article, il faut d’abord se souvenir que nous avions décidé “de ne plus y retourner à pied”. L’article se trouve ici !

Mais les enfants sont plus grands, 7 et 9 ans, et il fallait prendre notre revanche. Sans enfants sur le dos et le ventre, on s’est dit qu’on pouvait le faire. Logeant à Sare, nous décidons de partir du gîte. Le pique-nique, les bouteilles d’eau, casquettes, chapeaux et crème solaire sont dans le sac, c’est parti pour l’aventure, il est à peu près 8h20.

MARTIN_2019_07_21_0383
MARTIN_2019_07_21_0384
MARTIN_2019_07_21_0386
MARTIN_2019_07_21_0387

Jusque là, vous connaissez, c’est Sare !

Nous rencontrons ensuite quelques animaux.

MARTIN_2019_07_21_0389
MARTIN_2019_07_21_0392
MARTIN_2019_07_21_0393
Certains décident de nous suivre
MARTIN_2019_07_21_0399

Nous profitons des paysages et nous rapprochons petit à petit du train.

MARTIN_2019_07_21_0394
MARTIN_2019_07_21_0400
MARTIN_2019_07_21_0403
MARTIN_2019_07_21_0407

Il y a encore à grimper. Le soleil fait quelques apparitions et nous avons chauds. Alors que je satisfais un besoin naturel, les enfants continuent de monter. Samuel entame la discussion avec des randonneurs et Jean-Christophe part les rejoindre quelques mètres devant. Moi, j’y vais à mon rythme, c’est à dire, moins vite, parce que ça monte et que je transpire quand même beaucoup. La preuve, je sue des bras !!!

Alors que mes trois gars se demandent si je n’ai pas fais demi-tour, ça doit faire vingt minutes que nous ne nous voyons plus,  le chemin redevient “plat” et droit et ils m’aperçoivent enfin. J’arrive juste quelques minutes après eux à l’endroit où nous coupons la voie du train. Nous marchons depuis deux heures.

MARTIN_2019_07_21_0409
MARTIN_2019_07_21_0413
MARTIN_2019_07_21_0416
MARTIN_2019_07_21_0425
MARTIN_2019_07_21_0419
MARTIN_2019_07_21_0426

Une pause ravitaillement, et nous repartons pour la dernière partie de notre ascension.

Nous prenons les paris pour savoir à quelles heures nous serons au sommet. Jean-Christophe dit midi, Nathanaël : 11h30, Samuel : 11h50, et moi : 11h45.

MARTIN_2019_07_21_0427

Hé, mine de rien, on s’élève. Nous voyons bien le sentier du GR10 où j’étais à la traine, il se trouve juste au dessus des sapins et donc, si vous suivez bien, en dessous de la voie ferrée.

MARTIN_2019_07_21_0428
Saint-Jean-de-Luz
MARTIN_2019_07_21_0430
MARTIN_2019_07_21_0431

Le sommet n’est plus très loin !

MARTIN_2019_07_21_0438
MARTIN_2019_07_21_0439

Nous franchissons la voie du train, et arrivons au sommet !

MARTIN_2019_07_21_0447

Il est 11h30 ! Alors qui a fait le meilleur pronostic ? Bravo fiston.

MARTIN_2019_07_21_0442
Samuel prend la photo
Tous au sommet

La vue est encore dégagée, nous en profitons pour faire quelques photos avant de déguster notre salade de pomme de terre, bien méritée !

MARTIN_2019_07_21_0445
MARTIN_2019_07_21_0448
MARTIN_2019_07_21_0449
MARTIN_2019_07_21_0452
MARTIN_2019_07_21_0454

Quelques photos et on redescend !

MARTIN_2019_07_21_0461
MARTIN_2019_07_21_0463
MARTIN_2019_07_21_0464
Un vautour
MARTIN_2019_07_21_0475
MARTIN_2019_07_21_0481
MARTIN_2019_07_21_0483
Il est bien nettoyé cet os
MARTIN_2019_07_21_0486
MARTIN_2019_07_21_0488
MARTIN_2019_07_21_0489
MARTIN_2019_07_21_0493
MARTIN_2019_07_21_0497
MARTIN_2019_07_21_0499
MARTIN_2019_07_21_0500
MARTIN_2019_07_21_0504
MARTIN_2019_07_21_0509
MARTIN_2019_07_21_0524

De retour chez nous, nous avons pris un bon goûter, une bonne douche et Nathanaël s’est octroyé une sieste, et il a bien raison !

Après cette bonne randonnée, nous étions fatigués mais heureux. Nous avons trouvé que c’était bien plus facile qu’en 2012. Et oui, des garçons qui marchent, ça change la donne.

Train de la Rhune

Train de la Rhune

Voici la seconde partie de la journée. Nous nous sommes aperçus, en allant et revenant de St-Jean-de-Luz, que les parkings et les bords de route au Col de saint Ignace (où se situe la gare du train de la Rhune) étaient pleins dès le matin, mais qu’en fin de journée, les places étaient un peu plus nombreuses. Comme nous sommes en pleine saison, et que de toute façon, nous ne pouvons pas rester plus de 1h20 au sommet, nous avons guetté depuis la fenêtre du salon pour voir si le sommet était dégagé ou s’il se trouvait dans les nuages.

Bingo ! Le ciel est dégagé, nous prendrons le dernier train de la journée.

MARTIN_2019_07_18_0247
L’arrivée en gare
MARTIN_2019_07_18_0254
La crémaillère
MARTIN_2019_07_18_0252
MARTIN_2019_07_18_0253
MARTIN_2019_07_18_0257
MARTIN_2019_07_18_0259
MARTIN_2019_07_18_0261
Nous sommes à bord
MARTIN_2019_07_18_0262
MARTIN_2019_07_18_0263
MARTIN_2019_07_18_0264
ça commence à grimper
MARTIN_2019_07_18_0266
MARTIN_2019_07_18_0270
la montagne, l’océan, le ciel bleu
MARTIN_2019_07_18_0275
Maman et ses fistons
MARTIN_2019_07_18_0281
MARTIN_2019_07_18_0283
le sommet
MARTIN_2019_07_18_0286
MARTIN_2019_07_18_0290
MARTIN_2019_07_18_0299
Quand les trains se croisent
MARTIN_2019_07_18_0301
MARTIN_2019_07_18_0303
les pottocks
MARTIN_2019_07_18_0308
MARTIN_2019_07_18_0314
MARTIN_2019_07_18_0320
on continue de monter
MARTIN_2019_07_18_0322
MARTIN_2019_07_18_0329

Ça y est, nous sommes au sommet après 35 minutes de train.

MARTIN_2019_07_18_0330
Le train fête ses 95 ans
MARTIN_2019_07_18_0331
MARTIN_2019_07_18_0332
la baie de Saint-Jean-de-Luz
MARTIN_2019_07_18_0334
Biarritz, Cap Breton et les plages des landes
MARTIN_2019_07_18_0335
MARTIN_2019_07_18_0336
MARTIN_2019_07_18_0339
l’antenne
MARTIN_2019_07_18_0340
Hendaye et l’Espagne
MARTIN_2019_07_18_0341
MARTIN_2019_07_18_0342
Côté espagnole
MARTIN_2019_07_18_0348
MARTIN_2019_07_18_0350
MARTIN_2019_07_18_0347
MARTIN_2019_07_18_0354
Sare
MARTIN_2019_07_18_0355
MARTIN_2019_07_18_0358
C’est pratique les jumelles
MARTIN_2019_07_18_0374
19h30, c’est l’heure de prendre le dernier train
La Rhune, à pied

La Rhune, à pied

Situé à 905 m d’altitude, La Rhune est le sommet d’un massif montagneux, à une dizaine de kilomètres de St Jean de Luz. Certains diront que c’est “du pipi de chat”, mais quand on sait que la mer est à 0 m, le dénivelé est tout de même assez conséquent.

La Rhune, c’est lui, celui qui fait son timide derrière les nuages :

MARTIN_2012_06_12_4762

Il y a un train à crémaillère qui permet de rejoindre le sommet depuis le col de St Ignace (169 m). Julie et moi l’avions pris en 2006, lors de notre voyage de noce :

MARTIN_2012_06_14_4854

Mais cette année, nous étions bien décidés à y monter à pied. Petit souci cependant : il y avait 1 Samuel à porter, 1 Nathanaël aussi, et accessoirement un sac à dos avec le pique-nique du midi, de l’eau, des changes, etc… Si Julie avait pris Nathanaël sur son ventre, j’aurais pris Samuel, mais il serait resté le sac. Si j’avais pris Nathanaël et le sac, Julie aurais dû prendre Samuel qui aurait été bien lourd pour une telle balade… Après avoir émis l’hypothèse qu’elle et les enfants prennent le train, nous avons décidé que je prendrais Nathanaël sur le ventre, Samuel sur le dos, et Julie, le sac. C’est moi l’homme, non ?

Nous sommes donc partis ainsi, chargés comme des mulets :

MARTIN_2012_06_14_4817

Samuel voyageait incognito…

Les paysages se succèdent : d’abord la forêt, puis les buissons piquants, puis les alpages, avec des chevaux sauvages, les pottocks !

MARTIN_2012_06_14_4822

MARTIN_2012_06_14_4826

MARTIN_2012_06_14_4836

MARTIN_2012_06_14_4839

MARTIN_2012_06_14_4827

A ce stade de la rando, on a déjà marché plus d’une heure, et on est beaucoup monté. Malgré les porte-bébés qui m’écrasent, je pense que le sommet n’est pas loin. D’autant qu’en continuant, voilà ce qu’on aperçoit :

MARTIN_2012_06_14_4832

Mais c’est sans compter sur les entourloupes que se plaît à jouer la montagne… car en fait, voilà ce qui se cache derrière…

MARTIN_2012_06_14_4834

… une descente et une nouvelle montée (raide). On commence à comprendre pourquoi il y a un train…

On profite de la pause suivante pour faire plaisir à mon dos, et faire plaisir à Nathanaël. Cela fait deux heures que nous marchons, et un panneau indique qu’il en reste (encore) une.

MARTIN_2012_06_14_4849

MARTIN_2012_06_14_4844

MARTIN_2012_06_14_4847

Cette dernière heure est la plus terrible pour mon dos. Ce n’est plus un sentier mais une succession de rochers superposés et parfois glissants. Pour Julie aussi, l’effort est pénible.

Et c’est donc au bout de trois heures que nous arrivons au sommet, à la frontière entre la France et l’Espagne.

MARTIN_2012_06_14_4852

MARTIN_2012_06_14_4860

Sur la première photo de ce billet, on voyait La Rhune depuis la mer.
Là, c’est la mer depuis La Rhune

MARTIN_2012_06_14_4864

C’est l’heure d’un bon pique-nique, histoire d’alléger le sac à dos 🙂 et de contenter nos estomacs ! Le temps aussi pour Samuel de faire un petit “pipi culotte”…

MARTIN_2012_06_14_4869

MARTIN_2012_06_14_4866

MARTIN_2012_06_14_4873

MARTIN_2012_06_14_4885

Après la pluie des premiers jours, le soleil est agréable,
trop même, puisqu’il va rapidement nous brûler 🙁

Nous entamons ensuite la descente. Une descente atroce, tant par la raideur de la pente que par le poids sur mon dos. Et toujours ces rochers glissants… Les trains, eux, continuent leurs ballets, en nous faisant bien comprendre qu’on aurait dû prendre place à bord.

 

MARTIN_2012_06_14_4862

MARTIN_2012_06_14_4892

MARTIN_2012_06_14_4893

Nous demandons à Samuel de marcher, mais très vite,
il va faire une colère dont lui seul a le secret et ne va plus vouloir avancer.
Comme un âne, sauf que dans ces moments, il n’accepte aucune “carotte”

MARTIN_2012_06_14_4894

MARTIN_2012_06_14_4899

A mi-descente je craque, je pars en crise de nerf et me jette dans le vide je donne Nathanaël à Julie. Nous arrivons enfin en bas, il fait 35° et nous n’avons qu’une envie : boire de l’Orangina et manger des glaces !

Julie redonne un peu d’essence à Nathanaël et la voiture nous ramène toute seule à la maison, après un passage à Carrefour pour les glaces et la boisson… 🙂

Mes douleurs dorsales s’atténuent enfin, au bout de quinze jours, mais nous avons déjà décidé… de ne plus y retourner à pied !

Pour conclure, quelques photos de la crémaillère :

MARTIN_2012_06_12_4791

MARTIN_2012_06_14_4898

MARTIN_2012_06_12_4790