Archives de
Étiquette : voiture

Fin des vacances

Fin des vacances

Nos deux semaines à la montagne se terminent… Le jeudi, nous sommes allés à la braderie sur la Croisette. Arrivés tôt, les enfants ont profité des structures gonflables avant qu’il n’y ait trop de monde. Avec les garçons, nous avons une nouvelle fois profité de la piscine du Club pendant que Jean-Christophe regardait le Tour de France.

Voici quelques photos de cette avant-dernière journée :

MARTIN_2017_07_20_0632

MARTIN_2017_07_20_0633

MARTIN_2017_07_20_0637

MARTIN_2017_07_20_0638

MARTIN_2017_07_20_0639

Et puis vendredi, Jean-Christophe s’est levé tôt et s’est offert une dernière sortie en vélo. Il reviendra dessus plus tard. Les garçons et moi l’avons vu passé depuis le balcon de l’appartement. Clignement d'œil

L’après-midi, c’est en famille que nous allons dans la piscine privée. En effet, nous sommes seuls dedans. On en profite à fond en sautant tous les 4 en même temps, en nageant,jouant… Clignement d'œil

Le soir, le chargement de la voiture s’effectue sous des trombes d’eau. Et c’est à 5h du matin le samedi que nous prenons la route du retour.

Voici la deuxième pose du matin à 9h30 :

MARTIN_2017_07_22_0640

MARTIN_2017_07_22_0643

MARTIN_2017_07_22_0644

Les Menuires, nous voici !

Les Menuires, nous voici !

Levés tôt , le samedi 8 Juillet, nous sommes partis à la montagne. Nous avons pris notre temps (12h avec les pauses) en évitant un maximum l’autoroute. Pause petit déjeuner, sur l’aire du circuit de Nevers Magny-Cours. Des pains au lait, des barres de chocolat, du lait, de l’eau, du café et du thé. Il est 8h, nous avons déjà bien roulé, mais la route est encore longue. L’étape suivante a eu lieu juste après Mâcon à 11h.

MARTIN_2017_07_08_0501

MARTIN_2017_07_08_0503

Juste avant Pont d’Ain, vers 12h30, c’est l’heure de manger. On quitte la départementale pour une toute petite route. On trouve alors un petit coin à l’ombre, à côté d’un passage à niveau, c’est parfait ! Une petite marche et quelques photos avant de repartir.

MARTIN_2017_07_08_0505

MARTIN_2017_07_08_0506

MARTIN_2017_07_08_0507

Nous arrivons dans le Bugey, avec ses gorges et sa route sinueuse. Nathanaël en profite pour faire une sieste, idéal quand on est malade en voiture. Il a même redormi pour le passage du Col du Chat. Clignement d'œil

Vers 16h30, nous arrivons à destination. Le temps de récupérer les clés, de décharger la voiture et nous enfilons les maillots de bain afin de profiter au plus vite de la piscine.

Voici les dernières photos de la journée avec la vue depuis notre balcon.

MARTIN_2017_07_08_0508

à gauche

MARTIN_2017_07_08_0509

à droite

MARTIN_2017_07_08_0510

en face

MARTIN_2017_07_08_0511

MARTIN_2017_07_08_0516

Fin des vacances en famille

Fin des vacances en famille

Vendredi, nous avons vu tout ce que nous voulions voir alors c’est repos, sieste pour les enfants et ménage. Triste

Samedi, réveil de la troupe à 6h pour un départ à 8h car la route est longue . En effet, le lendemain, Félix se fait baptiser, alors la traversée de la France nous attend. C’est parti pour 8h de voyage ! Comme à son habitude, Samuel a dormi seulement 20 minutes… mais s’est occupé avec le paysage, les livres, son frère et la musique.

Juste après Montluçon, c’est la pause pique-nique et ça fait du bien.

MARTIN_2014_07_12_0160

MARTIN_2014_07_12_0163

MARTIN_2014_07_12_0162

Arrivée à 16h15 à Villefranche, Samuel et Nathanaël ont profité de Papy Pascal et Mamie Joëlle. Le lendemain, à Valsonne, après le baptême, nous avons vu Loïc, le dernier né de la famille et les enfants ont joué avec les autres enfants et Papy Yves. Ils avaient l’air ravi et n’ont pas tardé à s’endormir dès que nous avons pris le chemin du retour chez nous. Cette fois-ci, les 6 heures de voyage ont été occupées par un petit dodo au début, puis la “sucette-fleur” qu’ils avaient eu et une nouvelle fois, la musique. La fin du trajet fut longue pour tout le monde. Arrivée à 23h à Combs, nous étions tous fatigués par ce week-end sur la route et n’avons pas eu de difficultés à trouver le sommeil.

Week-end avec Mimi… et Papi et Mamie

Week-end avec Mimi… et Papi et Mamie

Mimi, c’est la mascotte de la classe de Samuel, et vendredi, c’était au tour de Samuel de l’avoir pour le week-end. Ça tombait bien, parce que ce week-end justement, nous sommes allés rendre visite à Papi Pascal et Mamie Joëlle.

Quand Samuel est rentré vendredi après l’école, Mimi a fait la connaissance des autres lapins de la maison. Ils sont tout de suite devenus amis !

IMG_7557

En fin d’après midi, nous sommes tous partis en voiture, pour aller à Villefranche. Mimi en a profité pour conduire un peu la voiture sur l’autoroute :

IMG_7561

Puis nous nous sommes arrêtés sur une aire de repos :

IMG_7569

IMG_7567

IMG_7571

IMG_7570

Quand nous sommes enfin arrivés, Mimi dormait déjà, alors on l’a laissé tranquille.

Le lendemain, Nathanaël est parti avec sa maman retrouver Géraldine et Samuel a joué avec Mimi dans le jardin de Papi. Ils ont couru dans l’herbe, ont mangé des framboises et des groseilles. C’était super ! Et puis il faisait si beau…

IMG_7575

IMG_7589

L’après-midi, nous avons tous profité du jardin :

IMG_7592

IMG_7594

IMG_7598

IMG_7599

Enfin, le dimanche, nous sommes allés rendre visite à Anne qui était très heureuse de faire sa connaissance, et Mimi a été très gentil. Nous avons aussi fêté la fête des Pères. Tonton Matthieu était venu pour l’occasion.

IMG_7602

En route vers la Bretagne

En route vers la Bretagne

Saint-Jean-de-Luz, c’est fini ! Nous reprenons la route et faisons étape à Cestas (sud de Bordeaux) chez Rithou (ma tata) et Jacky (mon tonton). Il est 9h et ils nous accueillent avec un petit déjeuner de Rois. Même si nous ne restons que deux petites heures, nous sommes très contents de ce moment passé ensemble.

A 11h, nous reprenons notre voyage. Samuel trouvant le temps un peu long, il trouve la parade pour faire une pause (dire “pipi”, alors qu’il n’a pas envie Clignement d'œil, il est malin ce petit). A 18h, nous arrivons à Campénéac, notre voyage prend fin.

Quand la technologie progresse…

Quand la technologie progresse…

Notre 106, que nous avons vendue, était équipée d’un autoradio, comme beaucoup de véhicule. Mais il s’agissait d’un autoradio-cassette. Nous avions donc copié tout nos CD en mp3 (dans le cadre de la copie privée) et avions simplement acheté… une cassette “adaptateur”. C’est un outil qui a la forme d’une cassette normale, mais avec une fiche Jack qui dépasse pour pouvoir brancher un lecteur mp3 par exemple. Quelques grammes pour plusieurs gigas de musique.

Or, notre nouvelle voiture (Zoé, pour ceux qui ont suivi) est bien plus avancée technologiquement puisqu’elle est équipée d’un lecteur CD. Ceux qui sont moins avancés, c’est nous, parce que maintenant, c’est des dizaines de CD que nous devons trimballer ! Triste

Alors certes, il lit aussi les mp3, mais sur un CD, on n’en met pas autant que sur notre lecteur et puis… un fichier “mp3” ce n’est pas un fichier “CD”… Clignement d'œil

On a donc dû se procurer une trousse range-CD (parce que des dizaines de boîtes, ça ne tient pas dans la boîte à gant) et puis encore faire des copies parce qu’on ne tient pas à ce que nos originaux finissent grillés dans l’habitacle…

Quand à l’option “prise USB”, qui aurait résolu le dilemme, elle n’était pas dans notre “cahier des charges de la parfaite voiture d’occasion” Sourire

A vendre, Peugeot 106 Open 1.1 Essence

A vendre, Peugeot 106 Open 1.1 Essence

Ça y est , cette fois, c’est officiel, notre  106 est à vendre. Elle sort du contrôle technique, et après une petite douche et un passage chez le photographe, elle envahit les petites annonces.

Petit rappel, c’est une Peugeot 106 Open 1.1 Essence, 5 portes.

Elle comptabilise 110 000 km, est en bon état extérieur et très propre à l’intérieur (non-fumeurs).

Elle consomme comme un oiseau : 5,2 l/100 environ.

Hyper pratique en ville, et très à l’aise sur la route et même l’autoroute, elle convient parfaitement aux jeunes conducteurs.

Le prix de vente de 1500 euros comprend, en plus, 4 jantes/pneus neige ainsi qu’une paire de chaines.

Et comme promis, les photos :

MARTIN_2011_07_11_3353

MARTIN_2011_07_11_3362

MARTIN_2011_07_11_3370

MARTIN_2011_07_11_3371

MARTIN_2011_07_11_3374

MARTIN_2011_07_11_3355

MARTIN_2011_07_11_3356

 

MARTIN_2011_07_11_3364 - Copie

MARTIN_2011_07_11_3368

Force (des)ordres

Force (des)ordres

L’histoire que je vais raconter aujourd’hui, n’est pas vraiment facile ni utile à raconter. Cependant, s’agissant d’une situation plutôt rare, je vais m’efforcer de la rendre la plus claire possible… A votre imagination, prêts, c’est parti !

 

Pour commencer, situons la scène.

Imaginez la Nationale 6, en 2×2 voies, limitée à 110 puis 90. Sur cette route, un carrefour à feux, avec une route qui arrive par la droite dans notre situation. Il n’y a pas (plus) de route qui arrive par la gauche.

Assez souvent, les gendarmes attendent à ce carrefour, interpelant les automobilistes pris aux jumelles par un agent caché en bordure de forêt.

Comme souvent, nous prenons donc cette 4 voies, et roulons tranquillement à 90, puis 70 à l’approche du carrefour. Je roule alors sur la file de gauche, dépassant un papi en Twingo. Le feu est vert. A ce moment, un gendarme se poste au milieu de la route, sous le feu et nous fais signe de nous arrêter. Je freine, le feu passe à l’orange puis au rouge. L’agent prend alors son téléphone portable et discute, cherchant des yeux un véhicule dans la file qui s’accumule au feu. Il raccroche, me désigne de la main, et me fait signe de me ranger devant la Twingo, à droite de la route. Je franchis le feu rouge, me gare devant le papi, contre le bord de la route. Il fait alors signe à la voiture qui se trouvait derrière moi, sur la file de gauche, de franchir le feu et le carrefour, et de s’immobiliser entre les 2×2 voies. Enfin, une troisième voiture est invitée à traverser le carrefour et à s’arrêter à droite de la route. Le brave agent court partout.

Pour résumer, pour que tout le monde comprenne, il y a 2 files de voitures arrêtées au feu rouge. Moi, je suis en tête de la file de droite, en aval du feu. Une autre voiture est entre les 2×2 voies, en aval du carrefour, et une troisième, hors de la route, à droite, toujours au-delà du carrefour.

Impatient, le feu passe au vert. La file de gauche se met en mouvement, mais pas la file de droite puisque je suis arrêté devant.

Le gendarme, qui se trouve maintenant à côté de la troisième voiture, pointe sa main dans ma direction et me fait signe d’avancer vers lui. Là, ça commence à être étrange… “J’y vais, j’y vais pas ? Je fais quoi ?” Pour ne pas risquer le délit de fuite, je suis son geste et vais vers lui. Je me retrouve donc derrière la troisième voiture.

Le policier semble content de lui et de son intervention, il se dirige vers le conducteur de la troisième voiture, lorsqu’il m’aperçoit, juste derrière. Un long soupir s’échappe alors de sa bouche et au plus profond de son regard, on peut lire le désespoir d’un gendarme qui n’a pas vraiment réussi à gérer la situation, et l’exaspération face un automobiliste qui n’a absolument rien compris à son langage des signes.

J’ouvre ma vitre et lui dit clairement que non, je n’ai RIEN compris. Il me dit alors que je peux y aller. Je ne discute pas et reprends ma route. Ce n’est qu’au bout de quelques secondes que je comprends qu’il ne voulait pas trois, mais juste une voiture. La troisième.

 

J’avais prévenu au début, l’histoire n’est pas très intéressante, mais la situation était assez comique sur le coup pour être racontée. Le regard de l’agent en disait long…

Maintenant, si quelqu’un possède une méthode d’apprentissage rapide du langage gestuelle du parfait policier, je suis preneur !

A vendre !

A vendre !

Bien que le blog ne soit pas pollué par des publicités involontaires, nous nous permettons de mettre “notre pub perso” :

Notre 106 rouge est à vendre pour 1500 euros. C’est un modèle essence 1.1 L, qui n’affiche “que” 110 000 km. Elle a été achetée neuve en août 2000 par mes parents. On peut donc parler de “première main”. Elle est en bon état extérieur et très bon état intérieur. Donc si quelqu’un de votre entourage est intéressé, il suffit de nous faire signe. Remarque importante : sont compris dans le prix 4 pneus neiges, avec jantes (ça fait un total de 8 pneus/jantes + 1 roue de secours).

Les photos viendront plus tard, après le contrôle technique et “la douche”. Dans le même temps on la mettra dans “les petites annonces”.

Les métiers qui rapportent…

Les métiers qui rapportent…

Pour commencer ce « Hit Jobs », je vais parler d’un métier bien connu par tout les possesseurs de 4 roues : Garagiste !

Et oui, j’ai dû me résoudre à passer chez Peugeot aujourd’hui pour réparer mon lave-glace en grève. Une petite panne anodine ? 133 euros ! (et 06 centimes…).

Et en prime, une proposition de vidange (trop plein d’huile suite à la dernière de janvier effectuée… chez Peugeot), une proposition de changement de balais d’essui-glace, une fuite d’huile décelée, des disques de freins rayés et une roue de secours « moyenne ». Au passage, je note tout de même une attitude et un accueil très « pro » (aucune ironie, c’est sincère).

Et la précision qui tue : je suis arrivé avec un réservoire de lave-vitre plein, je repart avec le réservoire au même niveau, et on me facture 2,50 euros de lave-vitre. Sachant que chez Cora, c’est 4,95 euros les 5 litres. Ca fait mal…

Alors écoutez bien petits écoliers, ou futurs petits écoliers, si l’avenir vous parait triste et sombre, sachez qu’il y a une alternative à l’Euromillion :

  • Déjà, bien travailler à l’école.
  • Ensuite, commencer à démonter les carburateurs des Logans, les filtres à air et à huile des Clio, changer les plaquettes et les disques des 307, refaire l’échappement des Panda, etc…
  • Continuer les études en s’orientant vers une filière technique, tout en s’interressant un minimum au marketing automobile.
  • Une fois les diplômes en poche, se faire embaucher par un petit garagiste, pour « prendre le pli ».
  • Après avoir économisé un peu d’argent, ouvrir son propre garage, sous une grande enseigne, et dévaliser le client !